Francois-Régis Hutin, un homme d'honneur

Photo Bernard grua, Smolniy & Vladivsotok dans le bassin de Penhoët 12/09/2014

Photo Bernard Grua, Smolniy & Vladivostok dans le bassin de Penhoët 12/09/2014

Dans son article du Monde, "Poutine à Saint-Nazaire", daté du 12 septembre 2014, Ariane Chemin écrivait: "Une seule voix s'élève en Bretagne, celle de François-Régis Hutin". Xavier You, un des activistes nazairiens de "No Mistrals for Putin" lui a adressé un courrier de félicitations que nous sommes heureux de partager avec vous.

A M. F.-R. Hutin
Directeur de la publication
Quotidien Ouest-France.
Saint-Nazaire, le 28 novembre 2014.

Monsieur le Directeur,

C'est l'honneur du journal Ouest-France d'avoir osé titrer "Mistral : une question d'honneur" le 6 septembre de cette année. Aucun périodique de la presse parisienne n'a eu ce courage. Décidément, l'honneur semble être devenu une notion discrète. Sauf dans les armées peut-être.

La défense d'un Etat ne saurait cependant se contenter d'être militaire. Si elle n'est pas civile aussi, c'est-à-dire politique, elle pèche grandement par faiblesse. Vous l'avez compris. En désignant la Russie comme responsable de la crise militaro-politique en Ukraine, dans votre éditorial du 15 novembre, vous avez osé défendre le point de vue des démocraties occidentales (les Etats) et des démocrates occidentaux (les partis). Un langage peu courant dans les colonnes des périodiques parisiens.

"En Russie, des méthodes du passé" , votre éditorial du 15 novembre (1), a même eu l'audace de citer Anne Applebaum , célèbre pour sa somme antitotalitaire "Goulag - Une histoire", mais personnalité vilipendée par les médias russes à la solde du Kremlin, et certainement pas lecture favorite de Mme Le Pen, de MM. Mélenchon, Sarkozy, Fillon, de Villiers, Paul Laurent qui ont tous déclaré publiquement qu'ils étaient POUR la livraison du BPC Mistral actuellement en rade à Saint-Nazaire (2) . Une telle unanimité dans le spectre politique, de l'extrême droite à l'extrême-gauche, est assez extraordinaire !
En tant que lecteur de Ouest-France, je tenais à vous adresser mes félicitations pour votre prise de position sans équivoque. Vous prenez ainsi le parti de L' Union Européenne, et non celui de son contestataire agressif, j'ai nommé M. Poutine.

Puissent vos deux éditoriaux jouer un rôle dans la future décision du couple exécutif Elysée-Matignon : livrer ou ne pas livrer (le Vladivostok). Paraphrase qui peut se décliner également : être ou ne pas être (dans le camp occidental).

Bien à vous,
Xavier You, Saint-Nazaire
================================================
(1)- Confirmé par celui de M. Tertrais, dans l'édition d'aujourd'hui "Mistral, l'honneur de la France".
(2)- M. Marek Halter a cru bon de se joindre à eux, sur cette question. Et le tonitruant Cohn-Bendit se cantonne dans une réserve qui lui est peu habituelle.
(NDLR) - Lire aussi l'article prémonitoire de François Heisbourg dans Ouest France en date du 19 juin 2014 "Vente de Mistral à la Russie : un acte honteux et imprudent".

No Mistrals for Putin

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License.